Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2010

Les archives de l'Escurial - Partie 14

Voici la série à priori complète des cartes postales réalisées pour la promotion de la salle à partir des photographies de la brochure d'architecte. Certaines ont été publiées ici-même, j'en possède d'ailleurs une. on peut les trouver encore assez facilement, et à un prix raisonnable. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial030.jpg

Escurial028.jpg

Escurial029.jpg

Escurial031.jpg

Escurial032.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine

08:36 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

13/09/2010

Les archives de l'Escurail - Partie 13

Voici une page d'un programme 1935-1936 de la salle qui met en valeur l'équipement sonore Philips. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

DocEscurial001.jpg

(cliquez pour agrandir) Photographie : Scan G. Lauraine

17:17 Publié dans Curiosité, Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

11/09/2010

Les archives de l'Escurail - Partie 12

Suite et fin de la publication de la brochure d'architecte. Ces pages nous renseignent sur les entreprises et collaborateurs de l'architecte, avec l'inévitable Doucet, auteur des fresques monumentales. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial024.jpg

Escurial025.jpg

Escurial026.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine

17:12 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

09/09/2010

Les archives de l'Escurail - Partie 11

Suite de la brochure d'architecte. Nous découvrons ici les coulisses de la salle, galleries d'accès magnifiquement éclairées. Les autres photographies ont servi de modèle aux cartes postales promotionnelles assez connues dont certaines ont été déjà publiées en ces colonnes. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial020.jpg

Escurial021.jpg

Escurial022.jpg

Escurial023.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine

08:35 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

07/09/2010

Les archives de l'Escurail - Partie 10

Après une pause estivale, il est temps de reprendre la publication des archives aimablement mises à disposition par Guy Lauraine. Croyez moi sur parole, il y a encore beaucoup de belles choses à voir. Voici à présent les premières pages de la brochure d'architecte issue du cabinet de Léonard Varthaliti.  Il y a une très belle photographie nocturne avec la façade toute illuminée et les tacots d'époque. Superbe. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial016.jpg

Escurial017.jpg

Escurial018.jpg

Escurial019.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine

10:30 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

21/08/2010

Les archives de l'Escurial - partie 9

Autre plaquette publicitaire de l'Escurial, en noir et rouge. Un bien beau dessin qui arrange à sa façon la rue Georges Clémenceau en encadrant la superbe façade de deux palmiers en ombre chinoise. Une façon d'entretenir le mythe de la Côte d'Azur et de sa douceur de vivre. La salle est clairement assimilée à l'esprit des palaces qui ont fait le renomée de la Promenade des Anglais. Douceur de vivre, élégance, haute société. "Très bien, n'est-ce pas, cet Escurial" dit la phrase du dessin publicitaire.

Le texte qui date sans doute de l'ouverture de la salle, reprend les éléments que nous avons vus par ailleurs : qualité technique des installations, climatisation (le système y est ici détaillé avec précision), fresques de Doucet, beauté de l'architecture. La salle est sublimée en "Temple du spectacle". On y trouve également quelques indications chiffrées : 300 tonnes d'acier, 600 tonnes de béton, 150 tonnes de chaux, 3 000 mètres cube de gravier et sable, 4 500 lampes, 70 kilomètres de câbles et 36 000 heures de travail. Un nom, encore, celui du chef d'orchestre Maurice Izar. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial011.jpg
Escurial010.jpg
Escurial112.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine / Cliquez pour agrandir.

15:42 Publié dans Curiosité, Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

19/08/2010

Les archives de l'Escurial - partie 8

Voici une première plaquette publicitaire qui insiste sur deux éléments techniques alors à la pointe de la modernité : l'installation sonore (rappelons que le cinéma parlant n'a pas dix ans à l'ouverture de la salle) avec les appareils Philisonor, un systhème de chez Philips (Une recherche sur le sujet s'imposerait), et la climatisation, ici le procédé Deco d'aération climatique. On retrouvera les établissements Deco, installés au 12 rue Guiglia dans un autre document. (On notera également la publicité autour des fresques de Doucet. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial003.jpg
Escurial027.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine

15:26 Publié dans Curiosité, Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

17/08/2010

Les archives de l'Escurial - partie 7

Voici une carte permanente de tarif réduit datant de 1936. A rapprocher de la carte du Mondial (cliquez ici) de la même époque. On constate que les conditions d'application du tarif réduit n'ont pas changé depuis 80 ans. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial005.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine.

15:16 Publié dans Curiosité, Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

13/08/2010

Les archives de l'Escurial - partie 6

Le papier à en-tête de la salle. (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial002.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine

15:09 Publié dans Curiosité, Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

11/08/2010

Les archives de l'Escurial - Partie 5

Une série de cartes promotionnelles annonçant les films à venir. La mort du cygne (1937) de Jean Benoît-Lévy, la reprise de Pension Mimosa de Jacques Feyder avec Françoise Rosay et André Alerme datant de 1935 et The last train from Madrid (Le dernier train pour Madrid – 1937) réalisé par James Patrick Hogan, un film d'une actualité brûlante en 1937 puisqu'il se déroule durant la guerre d'Espagne. Dorothy Lamour et Lew Ayres en sont les vedettes aux côtés d'un débutant nommé Anthony Quinn. Le dernier document nous donne les horaires des sances : matinée à 15h00 et soirée à 21h00. Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial006.jpg
Escurial004.jpg
Escurial001.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine / Cliquez pour agrandir la dernière.

09/08/2010

Les archives de l'Escurial - Partie 4

Publicité couplée pour l'Escurial qui présente le Regain (1937) de Marcel Pagnol d'après Giono, et le Mondial qui affiche le Désiré de Sacha Guitry. Ce dernier cinéma est par la suite devenu le Paramount tandis que la rue du maréchal Pétain devenait rue de la Liberté après guerre. Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial114.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine / Cliquez pour agrandir.

07/08/2010

Les archives de l'Escurial - Partie 3

Troisième photographie de la série, une vue de la salle, cette fois prise du fond du balcon. On peut admirer les courbes des moulures du plafond et la scène avec l'écran et le lourd rideau. Ces photographies ont servi de base à la série de cartes postales publicitaires dont j'ai déjà publié un exemplaire. Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial009.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine / Cliquez pour agrandir.

16:53 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

05/08/2010

Les archives de l'Escurial - Partie 2

Voici dans la même série de photographies, une vue extérieure du bâtiment qui n'a guère changé depuis. Impressionnante est l'absence totale d'automobiles. L'auvent 1900 de l'hôtel sur la droite est toujours là, lui aussi. Le spectacle à l'affiche est Conduit par Satan, mais je n'ai trouvé aucun film de ce titre. Peut être est-ce une revue ou bien une pièce de théâtre ? (Archives Lauraine / Kahn-Amaudry).

Escurial007.jpg

Photographie : Scan G. Lauraine / Cliquez pour agrandir.

16:38 Publié dans Curiosité, Salle | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

03/08/2010

Les archives de l'Escurial - Partie 1

Ce blog a permis une nouvelle rencontre d'une incomparable richesse. Rencontre différée pour cause d'adresse mail changeante, mais le hasard faisant souvent bien les choses, rencontre qui s'est récemment concrétisée. C'est ainsi que m'a contacté monsieur Guy Lauraine dont la tante et marraine de sa grand-mère -Madame Camille Kahn-Amaudry- fut la première propriétaire et exploitante de la fameuse salle de l'Escurial. C'est elle qui l'inaugura et le lança en 1935. M Lauraine reçu des mains de sa grand-mère (La nièce de Madame Kahn-Amaudry, donc) quelques documents qui servirent de matériel de promotion et de lancement à la salle de prestige : cartes postales de l'intérieur du cinéma-théâtre, plaquette publicitaire de son lancement, etc.

Ces documents qu'il avait reçu adolescent, il m'a proposé de les partager gracieusement sur ce blog. Je vais donc les publier tout au long de ce mois d'août pour les faire partager à mes lecteurs, poursuivre ainsi leur transmission avec celle de la mémoire de ces salles. Nul doute qu'il éveillent des souvenirs à ceux qui auront connu la salle, et une certaine nostalgie de ces véritables palais d'élégance et de goût voués au septième art. M Lauraine trouvera ici mes sincères remerciements et un hommage à madame Kahn-Amaudry qui, comme il me l'a écrit : « a œuvré tellement pour le cinéma, toute sa vie. ».

Première pièce : Une superbe photographie de l'intérieur de la salle. On distingue parfaitement les courbes voluptueuses du balcon, les rangées de fauteuils, la fosse d'orchestre au premier plan avec les pupitres des musiciens et les deux fresques monumentales (30 mètres par 10) d'Étienne Doucet sur les murs latéraux. « Le siècle de Périclès » à droite, « Cortège triomphal de l'empereur Antonin » à gauche. La photographie est signée « Bérard - Nice ». A suivre...

Escurial008.jpg
Photographie : Scan G. Lauraine / Cliquez pour agrandir.

16:24 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

26/01/2010

L'Escurial

Voici l'une des cartes de la série représentant la salle de l'Escurial, le plus prestigieux cinéma de la grande époque niçoise. Au moment où les problèmes divers et variés de la salle risquent de la transformer en supermarché (il y a de quoi pleurer de rage), il est bon de se souvenir de ce qu'elle fût, de sa classe, des fresques grandioses d'Étienne Doucet et de ce qu'elle a représenté en terme d'image pour la ville et ses habitants. Peu de chance qu'un supermarché laisse ce genre de souvenirs. Photographie : collection personnelle.

carte escurial2.jpg

Notez l'élégance des lignes, la courbe sensuelle du balcon qui ressemble beaucoup à celui du Capitole, et voici le détails des fameuses fresques :

carte escurial détail 1.jpg
carte escurial détail 2.jpg
carte escurial détail 3.jpg
Un article sur le sombre avenir de l'Escurial sur le blog Ficanas.

08/06/2009

La danseuse nue de l'Escurial

Voici un petit épisode amusant et sensuel reconstitué à partir de cette carte postale des années 30 dénichée sur le site Delcampe. Il s'agit de Joan Warner dite « La danseuse nue » qui se produisit en France entre 1934 et 1935. Américaine née à Narberth en Pennsylvanie, Joan Warner était avant tout une « fan dancer » ou danseuse à l'éventail, un type de danse érotique assez sophistiqué illustré à l'époque par sa rivale plus fameuse, Sally Rand. Il s'agit d'un spectacle de music hall qui joue sur la suggestion, les jeux d'ombre et de lumière à travers un grand éventail de plumes. Si Warner, comme Sally Rand, pouvait poser nue pour les photographes, elle dansait souvent vêtue d'un mince collant couleur chair qui donnait l'illusion de la nudité.

Escurial danseuse.jpg

Blonde aux yeux bleus, grande et élancée, Joan Warner débute à Hollywood avant de se produire en Europe à partir du printemps 1934. Elle danse à Paris dans les fameux Le Bagdad, un restaurant thé-dansant sur les Champs Elysees, l'Alcazar et le Bal Tabarin. Je n'ai pas la date de ses spectacles à l'Escurial de Nice mais la carte montre qu'elle était une attraction vedette. Malheureusement elle a vite des problèmes avec la justice et finit, en juillet 1935, par être poursuivie pour outrages aux bonnes moeurs. Elle poursuit néanmoins une carrière artistique jouant au cinéma dans Le clown Bux de Jacques Natanson en 1935 et Cinderella, une comédie musicale de Pierre Caron en 1937. Elle apparaîtra également dans la seconde version des Dix commandements de Cecil B.DeMille en 1956.

05/03/2009

Curiosités glanées sur Internet

Voici quelques documents rares trouvés au gré de mes recherches sur la Toile. Tout d'abord, sur le site Notrefamille.com, qui prpose des reproductions (payantes) de cartes postales anciennes, j'ai dégoté deux belles images de l'Escurial. La première est assez classique, avec les sièges, le balcon et le grand écran, la seconde a surtout l'avantage de présenter de face les fameuse fresques de Eugène dit Étienne Doucet . On notera aussi les belles courbes du balcon qui ressemble fort à celui du Capitole.

Escurial.jpg
Escurial2.jpg

Ensuite, sur le site de vente aux enchères Delcampe, j'ai acheté cette carte postale qui montre parfaitement la façade du Forum, avec ses élégantes lignes art déco et ses pendules au sommet.

Forum.jpg
Source images : notrefamille.com

25/02/2009

L'Escurial, de nouveaux documents en ligne

De nouveaux documents pour les amoureux de la salle de l'Escurial qui vient d'échapper à une transformation en supermarché. Une série de photographies prises par Jean Marx en 1999 et (surtout) Mh. G. Tournier en 1980 sur la base des monuments historiques de la région PACA. En 1980, la salle était encore un cinéma. On voit notamment sur ces clichés les grandes lettres rouges indiquant la fonction, et la façade avec l'entrée. De précieux documents que je vous invite à aller voir sur place.

14:04 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial | |  del.icio.us |  Facebook | | |

13/11/2008

Quelques pavés de l'Escurial

Tiré d'un vieux journal des années 50, quelques pavés de presse et une publicité amusante pour l'écran Miracle Mirror Screen (collection personnelle).
medium_pave_escurial_2.jpg
medium_pave_escurial_3.jpg
medium_pave_escurial.JPG

30/10/2008

L'Escurial par J. M. G. Le Clezio

J. M. G. Le Clezio vient de sortir un livre autour du cinéma au joli titre de Ballaciner. Un chapitre traite des cinémas de son enfance niçoise. Il y évoque nombre de salles et en particulier l'Escurial :

Je me souviens particulièrement de La Tunique, peplum chrétien des années 1950. La salle s'appelait l'Escurial, nom bien trouvé pour accueillir un tel spectacle. C'était un chef d'oeuvre de l'art post-mussolinien, avec un plafond à douze mètres, un immense balcon flanqué de loges et de loggias, un rideau de scène en velours cramoisi, et dont les murs latéraux et le hall d'entrée étaient décorés de fresques néo classiques représentant des matrones romaines et des guerriers hoplites sur fond de collines éternelles.

9a0a6d8ba9fbfa738cc8d0a29e4159c3.jpg

Ballaciner – J. M. G. Le Clezio

Éditions Gallimard

Le livre sur la boutique

Affiche source Carteles

14:20 Publié dans Salle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : escurial, livre, le clezio | |  del.icio.us |  Facebook | | |

29/10/2008

Note sur l'architecte de l'Escurial

Né à Constantinople d’une famille d’origine grecque, Léonard Varthaliti a été l’élève de Léon Gurek à l’école royale des Beaux-Arts de Rome.

La première partie de sa carrière se déroule dans sa ville natale. Après la Première Guerre mondiale, il participe, auprès de la mission française, à l'établissement des nouveaux plans d'urbanisme de Constantinople. Puis, il s’installa à Nice où il réalisa, entre autres, Les Pins Parasols et l'Escurial, le Grand Palais et le Palais Doré (1926) à Juan-les-Pins, la villa Goelo et le monument à Léopold II à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Le travail de Léonard Varthaliti est particulièrement caractéristique du style Art Déco, influencé par les Etats-Unis et notamment l'école de Chicago.

Source : euroburos.com dossier sur le Bulding de la Bourse de Marseille.

28/10/2008

L'Escurial

Nice est une ville curieuse qui comprend par exemple deux centres, si ce n'est plus. L'un, autour du vieux Nice, est le centre historique avec la mairie et l'ancienne préfecture. L'autre, plus moderne et sur l'autre rive du paillon, est organisé autour de l'axe de l'avenue Jean Médecin anciennement avenue de la Victoire. Considérant ce second centre, on dénombre une bonne douzaine de salles de part et d'autres de l'avenue.

La plus prestigieuse sans aucun doute, c'est celle de l'Escurial. Notre cycliste, évitant les travaux, remonte au niveau du café de Lyon pour enfiler l'avenue Georges Clémenceau vers l'imposante façade de l'ancien cinéma ESCURIAL. L'ensemble est une superbe réalisation architecturale due au talent de Léonard Varthaliti, grec d'origine. Avec ses 1400 fauteuils, ses colonnes, son hall d'entrée et ses immenses fresques d'inspiration antique, peintes par Eugène dit Étienne Doucet (1890 – 1978), c'était l'une des plus belles salles de Nice, voire de France et l'une des plus grandes d'Europe. L'Escurial traverse plus de quarante ans d'histoire du cinéma niçois. C'est la première salle à s'équiper en cinémascope par exemple. Mais il vieillit mal et comme tant d'autres salles de ce calibre, ne réussi pas à négocier la mutation des années 70. Paquebot de luxe en un temps de caboteurs, il ferme en 1979 et est vendu aux enchères l'année suivante pour être transformé en boite de nuit... De luxe, toujours. Ce qu'il est toujours aujourd'hui. Les fresques de Doucet sont réputées être conservées sous les cloisons de la grande salle.

medium_Escurial.jpg

Lors de ma période de recherche, j'ai eu un entretien avec Thierry Olive, cinéphile, gérant de l'unique librairie spécialisée dans le cinéma de la Côte d'Azur, Cinéfolies. Nous avions évoqué les dernières séances de la salle, plongée dans l'obscurité car ses propriétaires ne pouvaient plus payer l'électricité. Il m'a raconté avec beaucoup de talent l'entrée sombre. L'escalier descendant à la salle et uniquement éclairé par une petite lampe, sans doute de secours. Une atmosphère de film fantastique, un genre qu'il affectionne particulièrement. Et puis la grande salle, immense et sur les dernières années si peu fréquentée. Une atmosphère de fin du monde, de fin d'un monde.

L'Escurial aujourd'hui et hier

Photographie : plaquette cinémathèque de Nice 1995

19/09/2008

L'Escurial aujourd'hui

medium_Escurial2.JPG

Photographie : Lise Roman

18/09/2008

L'Escurial

medium_Escurial1.jpg

Source : plaquette cinémathèque de Nice 1995